À LA DÉCOUVERTE DE L’ISLANDE

PLEIN LES YEUX

Plongez au cœur d’un paysage stupéfiant, découvrez les charmantes particularités de ce pays hors-norme et le dynamisme de son peuple.

PAR JOCELYN PRIDE

Visionner la vidéo intégrale ici

This video has been disabled until you accept marketing cookies.Manage your preferences here or directly accept targeting cookies

Malgré une superficie réduite, il n’existe pas assez de superlatifs pour décrire la nature islandaise : elle dépasse l’imagination. Entre 130 volcans et plus de 10 000 chutes d’eau, le paysage est un tissu de merveilles. Enfin, n’oublions pas quelque 350 000 Islandais qui forment ensemble l’une des nations les plus heureuses de la planète. Quel est leur secret ?

Les bains géothermiques, partie intégrante de leur mode de vie ? Un taux de criminalité incroyablement bas ? Ou bien le fait que 99% de leur énergie provienne de sources renouvelables ? Peut-être est-ce parce que le Forum économique mondial classe le pays en tête des pays les plus égalitaires au monde ? L’absence de moustiques ? Ou peut-être est-ce simplement parce que de nombreux Islandais croient aux elfes.

Le Musée des Sagas, Reykjavík. Photo : Musée des Sagas

Sagas, trolls et peuple caché

Le folklore islandais est un riche tissu de mythes et de légendes, source d’inspiration pour d’innombrables écrivains, musiciens, artistes et rêveurs. Écrites au XIIe siècle, les sagas, récits fantaisistes et glaçants décrivant la vie quotidienne à travers des personnages emblématiques, sont le fondement de la culture islandaise. Le Musée des Sagas à Reykjavík présente un excellent aperçu du sujet, mais si vous désirez vraiment vous immerger dans le monde des sagas, faites un détour par la péninsule de Snæfellsnes et le charmant village de Stykkishólmur.

Cette fascination est cultivée par les histoires de trolls, au tempérament colérique assorti d’un penchant pour la chair humaine, avec lesquelles grandissent les petits Islandais. Ils ne voyagent heureusement que de nuit (ils sont pétrifiés par la lumière du soleil), un argument des plus convaincants pour encourager les enfants à se mettre au lit. Passons aux elfes. Souvent appelés huldufólk (le peuple caché), ils nous ressemblent, vivent entre les rochers des falaises et préfèrent rester invisibles. Mais surtout, ils n’aiment pas être dérangés. Au fil des ans, lors de l’expansion des routes et des bâtiments, de nombreuses histoires hautes en couleur ont fleuri, décrivant des projets échoués, des accidents effrayants et des changements de programme qui seraient l’œuvre d’elfes contrariés. Que les Islandais croient sincèrement aux elfes ou non, le fait de nier leur existence vous expose à une vie entière sous le signe du mauvais sort.

Trolls islandais dans la ville d’Akureyri, la quatrième plus grande ville d’Islande. Photo : Camille Seaman

Les voyageurs qui visitent le pays ne se sentent généralement pas concernés par cette menace, affirme Steffen Biersack, membre de l’équipe Hurtigruten Expeditions. « Cela amuse plutôt la plupart des passagers », raconte-t-il, « notamment lorsqu’ils apprennent que quelques sièges sont réservés aux elfes au parlement islandais. » « En se penchant plus sérieusement sur la question, ils trouvent compréhensible que dans un pays régulièrement ébranlé par des événements naturels d’une telle ampleur, les habitants aient ressenti le besoin d’élaborer un cadre qui ne soit pas complètement hostile, avant les explications de la science moderne. Un peu comme la religion, mais sans les croisades et la confession hebdomadaire. »

Bakkagerði, à l’est de l’Islande, est la capitale des elfes. Situé à la base de l’Álfaborg, ce village de pêcheur typique abrite à peine 130 âmes. Cet imposant rocher, qui évoque une forteresse, n’est autre que la résidence de la reine des elfes d’Islande.

La cascade de Goðafoss est l’une des cascades les plus spectaculaires d’Islande. L’eau du fleuve Skjálfandafljót tombe sur 12 mètres de hauteur et 30 mètres de largeur. Photo : Shutterstock


L’obsession des musées

Les nombreux musées originaux disséminés dans le pays illustrent l’esprit créatif des Islandais. À la première place de cette liste pour le moins étonnante figure le Musée phallologique islandais, dans le centre-ville de Reykjavík. Vous avez bien lu, il s’agit de pénis, environ 282 spécimens représentant plus de 90 espèces animales. Flateyri, un ravissant village qui semble installé aux confins du monde, dans les fjords de l’Ouest, accueille le musée du Non-Sens, qui expose littéralement tout et n’importe quoi. Des collections d’objets divers comme des couvre-chefs de policier, des morceaux de sucre, des maquettes de bateaux et des stylos créent un mélange surprenant qui ravira les amateurs d’objets rétro. Toujours dans les fjords de l’Ouest, le Musée islandais des Monstres marins est assez effrayant pour faire douter même les plus sceptiques quant aux créatures qui peuplent les profondeurs islandaises. Mêlant témoignages, théories scientifiques et présentations multimédias interactives, le musée de Bíldudalur, sur le rivage du fjord d’Arnarfjörður, se situe à l’épicentre de l’activité des monstres marins. Il y a aussi l’installation « Library of Water » de l’artiste américain Roni Horn qui consiste en 24 piliers de verre remplis d’eau de fonte provenant des principaux glaciers d’Islande. L’exposition est située dans un ancien bâtiment de la bibliothèque de la ville côtière de Stykkishólmur, dont le sol a été gravé de termes anglais et islandais se rapportant aux conditions climatiques. L’installation a déjà prouvé sa valeur car il s’y trouve de l’eau du glacier Ok, aujourd’hui disparu. Lorsque l’Eldfell, volcan longtemps endormi, s’est subitement manifesté en 1973, personne n’imaginait qu’il serait à l’origine de l’Eldheimar (les « mondes de feu »), un musée poignant et atypique situé à Heimaey, la seule île habitée des îles Vestmann. Ce jour fatidique, l’ensemble des 5 300 habitants, sauf un, parvint à fuir, mais 400 habitations furent ensevelies par la lave. La ville est aujourd’hui affectueusement surnommée la Pompéi du Nord, tandis que de douloureuses fouilles archéologiques ont exhumé des bâtiments et objets figés sur l’instant et tous conservés sous les cendres : lits encore faits, tables dressées, vêtements pliés, feux de bois prêts à être allumés… Construit autour de l’une des maisons intactes, l’Eldheimar nous rappelle la puissance de la nature.

Le superbe panorama sur la ville de Heimaey depuis le volcan d’Eldfell. Photo : Karsten Bidstrup

Observation des oiseaux à Bakkagerði, Islande. Photo : Menno Schaefer/Shutterstock

La magie des macareux

Les macareux ne vivent pas en permanence en Islande mais le pays accueille environ 60 % de la population mondiale en été, à savoir près de neuf millions d’oiseaux, qui regagnent les colonies côtières pour se reproduire. Peut-être est-ce lié à la présence de la Reine des Elfes dans la région, nul ne le sait, mais Bakkagerði est l’un des endroits où il est le plus facile d’observer ces oiseaux comiques se pavanant à l’intérieur et l’extérieur de leur terrier, le bec souvent plein de poisson.

« Ils sont trapus, adorables et très reconnaissables en vol », explique Steffen.

« Mais leur caractéristique la plus appréciée reste leur plumage, orné de couleurs que l’on retrouve plutôt chez les oiseaux tropicaux, et qui confère aux macareux leur apparence exotique. » On les appelle d’ailleurs aussi « perroquets de mer ». Dans les îles Vestmann, qui abritent la plus grande colonie de macareux du monde, les résidents de Heimaey vont même plus loin afin de les protéger. Lorsque les jeunes à l’envol quittent le nid à la fin de l’été, ils sont souvent attirés et désorientés par les lumières vives du village. À l’aide de boîtes doublées de tissus doux, les habitants récupèrent donc les poussins, veillent sur eux pendant la nuit et les relâchent vers l’océan l’aube venue. Les enfants ont même le droit de quitter les bancs de l’école pour aider à rassembler les macareux. Comment ne pas aimer les Islandais ?

Hurtigruten Expeditions propose différentes croisières d’expédition pour partir à la découverte de l’Islande et au-delà et permet à ses passagers d’explorer ce pays fascinant.

Partager ces articles

Explorez avec Hurtigruten

Partez avec le leader mondial du voyage d’expédition. Abonnez-vous à notre newsletter pour être le premier informé des offres spéciales et des nouveaux itinéraires.

Contactez-nous pour parler de votre prochaine expédition

DANS CE NUMÉRO

< Sommaire

À LA DÉCOUVERTE DU GROENLAND

Le sommet de l’iceberg >